Galeries Petit format

Bénédicte Vincens

Bénédicte Vincens - Première de couverture
Première de couverture

Bénédicte Vincens, disparue.
Edite, Paris 2007

Bénédicte Vincens - Annonce Libération 9 mars 2000
Annonce Libération 9 mars 2000

Béné où es-tu ? Tu nous manques. On est tous là pour t'aider ou ne rien dire, comme tu veux. On t'aime. Viens vite. Marie-Anne. Code immeuble 15 48.

Bénédicte Vincens

Extrait :
Si j'admets son décès, je travaille sur des restes, des reliquats. Je la fige dans sa mort.
Si elle a seulement disparu, je peux interpréter ses traces.

Bénédicte Vincens

La photo en noir et blanc de la femme en robe de mariée a été prise par Bénédicte. Je l'ai intégrée dans un tableau de la série ALLIANCES.

Bénédicte Vincens

Extrait :
La chambre évoque un jeune clown.
Un saltimbanque mélancolique.
Un artiste du voyage.

Bénédicte Vincens

Une étrange veste est suspendue à un clou dans le mur. Du mauve, du rose, du blanc, de discrètes dentelles. Une pièce unique sans aucun doute. Bénédicte la portait certainement très bien.

Bénédicte Vincens

Extrait :
Si les parents de Bénédicte déménageaient, que choisiraient-ils d'emporter ? Comment trier les affaires d'une personne portée disparue, sans la trahir ni l'abandonner, sans la considérer morte avant l'heure ?

Bénédicte Vincens

Extrait :
Dans un grenier, les différentes strates du temps finissent par se mêler, se confondre, surtout quand il sert de dépôt à plusieurs générations. Ici, au contraire, les deux univers sont bien distincts. D'un côté, d objets placés par Bénédicte elle-même ; de l'autre, des objets enfermés dans une boîte par sa mère. Ils ne devraient pas se trouver dans cette pièce, mais rue Boutarel, à Paris.

Bénédicte Vincens

Extrait :
Je regarde les photos prises par Bénédicte. J'en ai beaucoup, des cartons pleins. La plupart sont en partie calcinées, couvertes de cendres. Elles ont une odeur de feu. J'essaye de relever des obsessions parmi ces centaines de clichés. Bénédicte aime les ruines, les chantiers, le béton en miettes, les grilles abîmées, les paysages domestiqués par de gros outils : des grues, des pelleteuses, des marteaux-piqueurs.

Bénédicte Vincens

Extrait :
Outre le journal et l'agenda de Bénédicte, j'ai récupéré deux cahiers de voyage qui lui appartiennent. Je les ai gardés longtemps fermés. Je ne trouve pas le bon moment pour les lire. J'en attend trop peut-être.

Bénédicte Vincens

Extrait :
Je reconnais Bénédicte dans certains objets : des coeurs, des anges baroques, de vieux instruments de musique en bois, un broc d'eau, des pantins en cuir. Des nombreuses boîtes de rangement en plastique transparent sont disposées contre les murs. Elles contiennent les restes du studio de la rue Boutarel. Cette chambre n'est pas seulement la chambre de Bénédicte enfant. On y trouve aussi les traces de sa vie sur l'Ile Saint-Louis, sa vie d'adulte.

Bénédicte Vincens

Extrait :
Accrochés derrière la porte, des chaussons à pointes. Je me demande si Bénédicte connaît le Journal de Nijinski, ou ses Cahiers. Je les lui prêterais avec plasir. Elle lirait les obsessions du danseur.

Bénédicte Vincens

Extrait :
Par terre, suspendus au plafond ou accrochés au mur, des objets insolites, des couleurs, des formes jamais vues.Un désordre fantastique peitn par Chagall.
D'où viennent tous ces objets ? Je leur invente une histoire, un passé.

Bénédicte Vincens

Extrait :
Bénédicte n'appartient pas à mon passé. Davantage à mon présent, mais de manière imaginaire. Bénédicte est au futur antérieur. Bénédicte est mon futur antérieur, ce temps impossible.
L'aurais-je aimée ?

Bénédicte Vincens

Extrait :
Je pense à Bénédicte depuis plusieurs années. J'ai lu ses carnets, rencontré ses amis, admiré ses photos. Sans son autorisation.
Si je la voyais, j'aurais peur de sa colère, de son indignation. Peur de lui déplaire aussi.

Bénédicte Vincens - La dernière phrase
La dernière phrase

Il était une fois, pourtant, Bénédicte Vincens.